X



« La présence des familles est difficilement remplaçable par des outils »

Les EMS ont été durement touchés par la crise du COVID-19. Afin de garantir la sécurité sanitaire des résidents, tous les établissements médicaux-sociaux ont dû fermer leurs portes aux visiteurs, engendrant ainsi des réactions émotionnelles très douloureuses. Directeur du Home Le Castel à Martigny et intervenant à la Haute Ecole de Travail Social, Jérémie Lugari revient sur les choix difficiles auxquels il a été confronté.


 

L’expérience de la première vague vous a-t-elle permis de mettre en place des solutions pour recréer du lien entre les familles et leurs aînés durant la 2e vague?
La situation est complexe entre les choix éthiques et sécuritaires. Il y a des propositions qui sont déposées sur la table des autorités cantonales et discutées avec elles. La dimension sécuritaire est prépondérante et freine les envies de ce type. Nous devons rester attentifs car ce virus est très insidieux.

Si un résident vous dit qu’il considère avoir fait son temps et qu’il désire voir sa famille, au risque de mourir, que pouvez-vous lui répondre ?
Je lui répondrais que la liberté individuelle, et je le regrette sincèrement, est soumise à une stratégie de protection du collectif. Dans un établissement comme le nôtre, c’est malheureusement nécessaire. A domicile, on est impliqué en tant que personne individuelle. Ici, on est en collocation avec un grand nombre de personnes. C’est un dilemme difficile, d’autant plus que faire le pas vers un système qui privilégie la liberté individuelle est un chemin plus long que celui qui privilégie la sécurité sanitaire. Rappelons-nous que nous sommes dans des mesures urgentes.

Les familles peuvent-elles le comprendre ?
Avec les familles, on tente d’être le plus transparent possible, notamment à travers des newsletters régulières. On essaie de les rassurer et de les informer le plus possible du nombre de malades du COVID-19, du nombre de personnes guéries et de l’évolution des mesures. Il n’est pas impossible de perdre de vue des éléments essentiels et ils nous le rappellent, heureusement.

Comment la technologie vous a-t-elle aidé ?
Durant la crise, nous avons beaucoup utilisé les médias sociaux et les appels vidéos pour que les résidents puissent avoir un lien avec leur famille. Par contre, nous n‘avons pas eu le temps de nous intéresser à d’autres outils qui, peut-être, auraient pu améliorer ou apaiser notre quotidien.

Les résidents savent-ils utiliser ces outils informatiques ?
Quelques résidents connaissent les tablettes et sont plus autonomes. Mais dans la grande majorité des cas, ce sont les collaborateurs qui coordonnent les meetings et amènent ensuite la tablette. Il s’agit d’une surcharge de travail importante car les dotations en personnel sont adaptées à un fonctionnement normal. La présence des familles est difficilement remplaçable par des outils.

A quelle nouvelle technologie pourriez-vous être sensible ?
Je m’intéresse particulièrement aux technologies qui permettent d’élargir le territoire de vie des résidents et en particuliers pour les personnes qui ont des troubles cognitifs. Les nouvelles technologies pourraient également allégeré le travail de retranscription des soignants dans les dossiers de soins par des systèmes de dictaphone ou de reconnaissance de l’activité.

Vous êtes-vous déjà intéressés à la Réalité Virtuelle pour les séniors ?
J’en ai entendu parler. Si un collaborateur aguerri le proposait et que le résident est d’accord, pourquoi pas. En permettant à une personne âgée de se promener virtuellement dans son village, peut-être cela permettra-t-il d’agir sur ses angoisses et ainsi avoir une influence sur la médication. Je n’en suis pas convaincu. Encore faudrait-il avoir accès à du contenu adapté.  Je reste un défenseur de la réalité et de la présence humaine avec un retour physique sur les lieux de souvenirs.  

 

Print
Tags:

Please login or register to post comments.

 

Si vous désirez participer à la rédaction du magazine hespresso, nous transmettre des idées de sujet, des commentaires ou simplement nous poser une question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse communication@hevs.ch et à partager les contenus qui vous plaisent sur vos réseaux !

Merci et bonne lecture

Haben Sie Lust, sich an der Gestaltung unserer Hauszeitung zu beteiligen? Sie können uns jederzeit unter communication@hevs.ch erreichen und uns Ihre Anregungen, Ideen und Fragen senden. Zögern Sie nicht, die Artikel, die Ihnen gefallen, auf Ihren sozialen Netzwerken zu teilen.

Viel Spass beim Lesen

logo-hes-so-valais-2019

Le site blog.hevs.ch utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et optimiser ses fonctionnalités. En poursuivant votre navigation sur celui-ci, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.