X



La brève histoire des rayons N

Lorsque les scientifiques, malgré toute leur honnêteté, ne respectent pas scrupuleusement les protocoles expérimentaux, ils obtiennent des résultats erronés. Voici, à titre d’exemple, une histoire qui se passe en France au début du 20ème siècle. Galvanisé par les récentes découvertes en matière de rayonnement, René Blondlot affirme avoir créé une machine qui émet des rayons capables d’augmenter l’intensité d’une source lumineuse comme, par exemple, une bougie. En hommage à sa ville, Nancy, il baptise ce nouveau type de rayonnement les rayons N.

Faisant fi de ce que l’on nomme aujourd’hui le biais de confirmation, il organise ses expériences de la manière suivante : il demande à plusieurs personnes de venir dans un auditoire en même temps afin de constater que la bougie brille plus intensément lorsque sa machine à rayons N est activée. La majorité des personnes présentes lui donne raison, ce qu’il prend pour une validation de sa théorie. Il publie ses résultats en février 1904 et l’Académie des sciences française, sans remettre en question le protocole expérimental de Blondlot, est toute fière d’avoir enfin des rayons « made in France ». Pour rappel, c’est un Allemand, Wilhelm Röntgen, qui a découvert les rayons X quelques années plus tôt.

Or, à peine quelques mois plus tard, c’est un Américain, Robert Williams Wood, qui vient détrôner les rayons tricolores en publiant un article dans la revue Nature de septembre 1904 dans lequel il raconte comment il a démontré ab absurdo l’inexistence de ce fameux rayonnement. Se glissant parmi les personnes sensées observer le phénomène, il a discrètement mis hors service la machine à rayons N. Blondlot a fait son expérimentation et le public, malgré le « sabotage » de Wood, a observé le phénomène attendu. La preuve de l’inexistence des rayons N était faite, mais aussi de l’importance de la neutralité des observateurs·trices et surtout de l’expérimentateur·trice lors de ce type d’expérience. C’est pour cette raison que la démarche expérimentale du double aveugle a été mise en place.

Pour en savoir plus: https://www.spektrum.de/podcast/rene-blondlot-und-die-entdeckung-der-n-strahlen/1728200

 

 

Cet article fait partie du 4e numéro du magazine Hespresso de la HES-SO Valais-Wallis qui porte sur la thématique des « fake news ». Plusieurs articles frauduleux ont été volontairement intégrés dans cette édition. Cet article est-il un fake ? La réponse ICI.

Téléchargez l’application Fake News

Print
Tags:

Please login or register to post comments.

 

Si vous désirez participer à la rédaction du magazine hespresso, nous transmettre des idées de sujet, des commentaires ou simplement nous poser une question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse communication@hevs.ch et à partager les contenus qui vous plaisent sur vos réseaux !

Merci et bonne lecture

Haben Sie Lust, sich an der Gestaltung unserer Hauszeitung zu beteiligen? Sie können uns jederzeit unter communication@hevs.ch erreichen und uns Ihre Anregungen, Ideen und Fragen senden. Zögern Sie nicht, die Artikel, die Ihnen gefallen, auf Ihren sozialen Netzwerken zu teilen.

Viel Spass beim Lesen

logo-hes-so-valais-2019

Le site blog.hevs.ch utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et optimiser ses fonctionnalités. En poursuivant votre navigation sur celui-ci, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.