X



Un collectif d'étudiants pour la durabilité

Les étudiant·e·s de la HES-SO Valais-Wallis veulent apporter leur pierre à l’édifice du développement durable. En décembre dernier, un appel a été lancé par François Kühnis afin de créer un collectif d’étudiant·e·s qui se propose de jouer le rôle de facilitateur pour sensibiliser et représenter la HES-SO Valais-Wallis. L’appel a été entendu et, à l’heure actuelle, 13 membres ont décidé de mettre sur pied des projets qui répondraient aux objectifs du développement durable au sein de nos cinq écoles - et à l’extérieur - grâce notamment à la plateforme d’appel à projet U-Change.
Pour des raisons très différentes les unes des autres, chacun a désiré s’impliquer. Découvrez leurs témoignages.

 


" Comment réalise-t-on un rêve ? Lorsque nous lisons de beaux récits de vie, d'expérience riches et mouvementées, on éprouve un sentiment de bien-être au travers du texte. Plus on dévore ces histoires magnifiques, plus on s’aperçoit que la chance n'en est pas toujours la cause principale. Mon père me disait souvent : "Lève-toi et change ce qui te dérange. C'est à toi d'agir."

C’est pour cela qu’après ma première année à la HES, j’ai décidé de créer un groupe de durabilité, avec l’aide de 12 personnes extraordinairement curieuses, ouvertes et bienveillantes. Alors, si toi aussi tu rêves d’un monde plus durable, viens nous voir. Faisons notre possible pour mettre en place l'alternative. Plus on est de fous plus on rit ! "

François Kühnis, ETE, 2e année

 

" Le dérèglement climatique est un sujet qui me tient à cœur. Cela m’inquiète de voir la situation se dégrader. Car avant de changer la planète, je veux m’efforcer de changer le monde à mon échelle, autour de moi.  Il y a beaucoup de mauvaises habitudes qui peuvent et doivent être changée, selon moi, au sein de la HES-SO. Il y a pleins de comportements irresponsables que je n’arrive plus à accepter. "

Phillipe Haenni, TEVI, 3e année

 

" Je veux tout faire pour limiter la casse. Notre société d'aujourd'hui nous a rendus individualistes et cette manière de penser me prouve que l'on va malheureusement droit à la catastrophe. Alors comme je le dis toujours, si je ne peux pas sauver le monde, je vais déjà tout faire pour sauver mon monde à moi. "

Julien Sugnaux, ETE, 1ère année

 

" Le climat est devenu un sujet préoccupant et central dans notre quotidien, et exprimer nos désillusions concernant le futur est également devenu monnaie courante. Personnellement, j’ai de la peine à me satisfaire de ces prévisions catastrophiques, je veux voir ce qu’il est possible de faire maintenant pour sauvegarder au mieux notre avenir. Assurer la pérennité du vivant devrait, il me semble, faire partie intégrante de nos vies. "

Philippe Haenni, TEVI, 3e année

 

" Je veux tout faire pour limiter la casse. Notre société d'aujourd'hui nous a rendu individualiste et cette manière de penser me prouve que l'on va malheureusement droit à la catastrophe. Alors comme je le dis toujours. Si je ne peux pas sauver le monde, je vais déjà tout faire pour sauver mon monde à moi. Ce collectif peut m'apporter énormément de points de vus, des connaissances en plus et une notoriété pour apporter des solutions durables pour mon entourage. L'homme est un virus de cette planète mais ensemble nous pouvons le soigner. "

Julien Sugnaux, ETE, 1ère année

 

" Ton argent, c’est ton billet de vote. Je me souviendrai toujours du jour où j’ai lu cette phrase. Je venais d’avoir dix-huit, et je venais d’obtenir mon droit de vote en tant que citoyenne suisse. J’étais tellement heureuse de pouvoir choisir, avoir une influence, tenter de faire bouger les choses et soutenir ce qui me semblait juste, respectueux, égalitaire. J’ai vite réalisé qu’il s’agissait d’un pouvoir limité, mais que je disposais d’un autre pouvoir qui bénéficiait d’encore plus d’influence : mon argent, et comment je l’utilise.

Alors j’ai choisi de dépenser avec conscience. Soutenir ce qui est en accord avec mes valeurs. Boycotter les produits qui ne le sont pas. Protéger la planète, les animaux, les mains trop petites pour fabriquer des objets dont on n’a pas vraiment besoin, à l’autre bout du monde. Toutes ces histoires de durabilité, d’écologie, de crise climatique, sont très complexes. Complexes, mais réelles et douloureuses. La perte de la biodiversité. La faune et la flore qui souffrent. Les droits humains bafoués, les populations les plus pauvres qui paient en premier, l’injustice.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on a aussi la possibilité d’agir. Ou plutôt, le devoir. On le sait tous maintenant : changer à une échelle individuelle, ce n’est plus suffisant. Alors ensemble, prenons des décisions (responsables), créons du lien, du soutien, et utilisons à bon escient les compétences et la passion de chacun. Que l’aventure soit belle ! "

Erine Valli, FSI, 1ère année

 

Print
Tags:

Please login or register to post comments.

 

Si vous désirez participer à la rédaction du magazine hespresso, nous transmettre des idées de sujet, des commentaires ou simplement nous poser une question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse communication@hevs.ch et à partager les contenus qui vous plaisent sur vos réseaux !

Merci et bonne lecture

Haben Sie Lust, sich an der Gestaltung unserer Hauszeitung zu beteiligen? Sie können uns jederzeit unter communication@hevs.ch erreichen und uns Ihre Anregungen, Ideen und Fragen senden. Zögern Sie nicht, die Artikel, die Ihnen gefallen, auf Ihren sozialen Netzwerken zu teilen.

Viel Spass beim Lesen

logo-hes-so-valais-2019

Le site blog.hevs.ch utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et optimiser ses fonctionnalités. En poursuivant votre navigation sur celui-ci, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.