X



Une parole déconfinée

Posted: mars 17, 2021
Comments: 0

Rate this article:
No rating

Les séniors occupent toutes les discussions liées à la crise de la COVID-19, mais pourtant nous ne les entendons pas. Nous ne les voyons pas. Trois animateur·trice·s en formation à la HETS ont pris le parti des personnes âgées et ont désiré leur donner la parole. Dans le cadre du module d’orientation animation socioculturelle (HETS), Shannon Wahli, Steve Ponnuthurai et Valentine Kobel ont réalisé une vidéo constituée de magnifiques témoignages. En voici quelques extraits :


L’image véhiculée par le Corona donne l’impression que tous les gens de 65 ans et plus sont des personnes à risques. Dans cette pandémie, on a mis tout le monde dans le même paquet.

Je n’entendais plus les bruits extérieurs habituels, j’entendais les oiseaux qui chantaient, je voyais la nature qui bougeait, le printemps, je regardais la couleur du ciel, les oiseaux, les fleurs qui étaient déjà sorties. Avant, je n’y prêtais pas attention. Je peux dire que c’est ce qui m’a touchée le plus. Et le bonheur de vivre le moment présent.

Pendant ces huit semaines de confinement, je ne me suis pas du tout ennuyé.

Être sénior et vivre le Covid c’est faire preuve d’humilité. Comme on veut nous protéger à tout prix, les enfants deviennent les parents. On doit accepter le verdict, mais ce n’est pas facile à admettre.

En tout cas maintenant on sait qu’on est des vieux. Avant, on n’y pensait pas. Mais maintenant on sait.

Quand je suis à la caisse d’un magasin avec un rollator, un masque et que des gens attendent derrière moi, leurs regards semblent me dire : « mais madame, qu’est-ce que vous faites ici à cette heure ? » Alors maintenant, je ne passe plus à la caisse, je passe par la caisse automatique, donc je n’ai plus de contact avec la caissière. J’ai l’impression de faire perdre un emploi.  C’est terrible de ressentir cela.

Nous les 65-80 ans, faisons marcher l’économie. Nous voyageons, nous consommons et nous faisons notre part pour la garde des petits-enfants et de nos parents âgés. C’est nous les bénévoles à transports handicap !

La société a besoin de nous. Depuis la Covid, les parents ne peuvent plus compter sur nous et ils ont bien vu que leur porte-monnaie a changé de couleur.

Quand nous quittons notre travail à 65 ans, nous n’existons plus socialement, nous ne sommes plus visibles. Du coup, nous ne nous sentons plus la légitimité de demander quelque chose. Nous n’osons plus nous mettre en avant et donner notre avis.

Moi j’ai quand même trouvé difficile d’être assujetti à quelqu’un, surtout que nous étions très indépendants avant le Covid. La perte d’autonomie, c’est la chose la plus difficile à vivre.

On est obligé de rester chez soi, je crois que c’est cela le plus dur quand on vit seule. C’était quand même difficile. Bon j’ai un balcon, mais ça reste un balcon. On peut faire du patin à roulettes sur un balcon (rires).

C’est vrai que ça pèse un peu. Les petits-enfants, on les voyait dans l’escalier. Maintenant, je ne sais pas comment eux nous voient. Comme des personnes qu’ils peuvent mettre en danger ? Ou l’inverse ?

C’est tellement important de voir quelqu’un, même pour un court instant. On ouvre la porte, il y a une personne derrière, un sourire.

 

" Dans le cadre du module d’orientation animation socioculturelle, nous avons réalisé un reportage relatant les témoignages des aînés des villages de la commune de la Noble-Contrée. De notre point de vue, il était essentiel de donner la parole aux personnes âgées, de la faire entendre et la valoriser, tout particulièrement durant cette situation de crise sanitaire. Notre but était d’offrir un espace de parole afin de comprendre quels étaient leurs ressentis et leurs vécus par rapport à la position qui leur a été attribuée ; celle de « personnes à risques ». De plus, ce support audio-visuel peut être un tremplin pour questionner la politique des seniors afin qu’elle réponde au mieux à leur réalité de vie. Etouffer leurs propos comporte le risque qu’ils soient d’autant plus marginalisés et qu’ils perdent leur indépendance ainsi que leur crédibilité. Entre échanges intergénérationnels, humour et convivialité, cette expérience humaine a été riche et formatrice."

Shannon, Steve et Valentine
Animateur-trice-s en formation

 

 

Print
Tags:

Please login or register to post comments.

 

Si vous désirez participer à la rédaction du magazine hespresso, nous transmettre des idées de sujet, des commentaires ou simplement nous poser une question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse communication@hevs.ch et à partager les contenus qui vous plaisent sur vos réseaux !

Merci et bonne lecture

Haben Sie Lust, sich an der Gestaltung unserer Hauszeitung zu beteiligen? Sie können uns jederzeit unter communication@hevs.ch erreichen und uns Ihre Anregungen, Ideen und Fragen senden. Zögern Sie nicht, die Artikel, die Ihnen gefallen, auf Ihren sozialen Netzwerken zu teilen.

Viel Spass beim Lesen

logo-hes-so-valais-2019

Le site blog.hevs.ch utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et optimiser ses fonctionnalités. En poursuivant votre navigation sur celui-ci, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.